A NE PAS MANQUER

  • Les reines de la nuitLes reines de la nuit

 

Pesticides

Les pesticides sont de plus en plus utilisés par les jardiniers. Ces poisons, destinés à tuer mauvaises herbes et parasites, ne sont pas sélectifs et s’attaquent aussi aux insectes et aux plantes sauvages. De plus, ils sont dangereux pour la santé humaine et polluent les eaux. Il est souvent possible de s’en passer en adoptant des mesures alternatives.

  • Choisir le bon emplacement. Une plante qui dispose du bon environnement (sol, luminosité, humidité) sera beaucoup plus résistante aux maladies et aux ravageurs.
  • Sélectionner des essences indigènes, naturellement plus résistantes aux insectes ravageurs locaux.
  • Diversifier les essences. Dans un milieu diversifié, les populations de proies et de prédateurs tendent à s'équilibrer (ex: les pucerons seront mangés par les coccinelles).
  • Attirer les prédateurs naturels. Les plantes à fleurs indigènes offrent de la nourriture aux prédateurs naturels (insectes, acariens, oiseaux...) qui se nourrissent ou parasitent les organismes nuisibles. Il faut choisir des espèces différentes pour avoir des floraisons réparties sur l’année.
  • Eviter la transmission des bactéries et spores de champignons en désinfectant régulièrement les outils avec de l’alcool et en éliminant les débris de végétaux malades (ne pas les déposer sur le compost !)