A NE PAS MANQUER

  • Les reines de la nuitLes reines de la nuit

 

Maintien de faibles charges en bétail

Soutenir les systèmes herbagers dans les exploitations d’élevage

La production de viande ou de lait est aujourd’hui largement basée sur une alimentation qui nécessite une exploitation intensive des prairies (jusqu’à 4 coupes par an, avec une fertilisation importante, pour la production d’ensilage d’herbe jeune), des céréales, du maïs et des compléments (tourteaux de soja).

L’alimentation du bétail basée sur la production de foin est moins compétitive en termes de taille de troupeau pouvant être accueilli à la ferme. En revanche, elle repose sur une plus large autonomie des exploitations agricoles et autorise généralement une plus grande diversité de vie dans les prairies.

Le manque à gagner lié à cette approche extensive de l’élevage (généralement viandeux) peut être compensé par une subvention agroenvironnementale justifiée par les bénéfices tirés par la collectivité (biodiversité, protection des eaux de surface et des eaux souterraines). Le nombre d’animaux sur l’exploitation y est ainsi limité à 14 vaches adultes pour 10 hectares de prairies, contre une moyenne de 22 vaches pour 10 hectares en Wallonie.

  • MAE 7 : 100 € /hectare de prairie

650 exploitations d’élevage adhèrent actuellement à ce système en Wallonie

Pour en savoir plus sur le cahier des charges de cette MAE